Karim Gharbi | Chanteur
Karim Gharbi Chanteur
Karim, Gharbi, gharbi, chanteur, poisson d'or, poisson, poisson d or, factice, chanson, chansons, chanson française, karim
16116
home,page,page-id-16116,page-template-default,tribe-bar-is-disabled,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,qode-theme-ver-7.7,wpb-js-composer js-comp-ver-4.7.4,vc_responsive
poissondor

Plongez dans les extraits musicaux et les textes

La Notice (4:05)

(A : Karim Gharbi / C : Karim Gharbi & Clément Nourry/ A : Gil Mortio)

 

Karim Gharbi : Voix
Clément Nourry : guitare
Eric Bribosia : orgue philicorda
Gil Mortio : basse précision, tambourin, piano
Jens Bouttery : batterie
Mariana Tootsie : choeurs

Extrait
Paroles

N’approchez pas les portes

N’ouvrez plus les fenêtres

Lavez-vous les mains

Calfeutrez vos idées

Ouvrez grands vos armoires

Rangez-y votre cœur

Plongez le dans l’eau

Dans un aquarium

Entre 12 et 15 degrés

Ni plus ni moins

Nettoyez la pompe

Une fois par semaine

 

Attention !!!! Lisez la notice !!!!

Un cœur ça pourrit vite, très vite

 

Soignez vos chaussures

Identifiez leurs défauts, leurs failles

Eliminez les taches

Qu’on ne les voie plus !!!!!

Plus de taches!

Cirez la surface

Dans un mouvement circulaire

Le chiffon dans la main droite

Le cirage dans la gauche

Refermez l’armoire

A clé

A double tour de préférence

Ne la perdez pas

Le mieux

C’est de la ranger

Toujours au même endroit

Veillez à ce que personne ne vous voie

Y a toujours un œil qui traîne !

En cas de problème

Se référer à la la notice

 

Attention !!!! Lisez la notice !!!!

Un cœur ça pourrit vite, très vite

 

Dans vos Tupperware

Vos casiers hermétiques

Cachez-vous !

N’ayez pas peur de manquer de technique

de bagout,

d’aplomb,

de ressort,

de notions

Votre sens académique est en bon état de fonction,

Ayez confiance en vous

Ne fléchissez pas

Tôt ou tard

Votre détermination paiera,

Mais ne l’oubliez pas

Nul n’est à l’abri d’un écart de conduite,

Gardez toujours un œil sur la serrure

Vérifiez les compteurs d’eau,

Remettez vos chaussettes à l’endroit,

N’abandonnez pas vos ordures

Ni sur la voie publique ni dans les espaces communs

Si vous êtes pris sur le fait

Ne dissimulez pas votre visage,

N’opérez aucune résistance,

Avancez vous vers les agents de sécurité

Ils sont là pour vous protéger

Demandez leur la notice

La notice

 

 

Les effets des efforts, les effets des efforts, les effets des efforts

Consentis de ne sont pas fait sentir

Il pleut doucement sur la ville (3:18)

(A : Paul Verlaine/ C : Karim Gharbi/ Arr : Gil Mortio)

 

Karim Gharbi : Voix
Clément Nourry : guitare préparée
Eric Bribosia : piano
Gil Mortio : basse rickenbaker
Jens Bouttery : batterie, percussions

Paroles

Il pleure dans mon cœur

Comme il pleut sur la ville ;

Quelle est cette langueur

Qui pénètre mon cœur ?

 

Ô bruit doux de la pluie

Par terre et sur les toits !

Pour un cœur qui s’ennuie

Ô le chant de la pluie !

 

Il pleure sans raison

Dans ce cœur qui s’écœure.

Quoi ! Nulle trahison ?…

Ce deuil est sans raison.

 

C’est bien la pire peine

De ne savoir pourquoi

Sans amour et sans haine

Mon cœur a tant de peine !

Poisson d’or (5:50)

(A : Karim Gharbi / C : Karim Gharbi / Arr : Gil Mortio)

 

Karim Gharbi : Voix
Clément Nourry : guitare
Eric Bribosia : piano, mellotron
Gil Mortio : basse viola, guitare, percussions, choeurs
Jens Bouttery : batterie
Anu Junnonen : choeurs
Adrien Lambinet : trombone
Quatuor à cordes : MP4
Claire Bourdet et Margaret Hermant : violons
Pierre Heneaux : alto
Merryl Havard : violoncelle

Extrait
Paroles

Poisson d’or, poisson mal venu

Nage, vers des soleils pendus

 

Hippocampe, migrant, héros des crues

Du courage, il t’en aura fallu

 

Tu rames, tu rêves, la mer emmène ton fils, ta femme, transits, escales, passeurs, sirènes, si loin le phare, les bras devant, ta chair, ton sang, tenter le tout, maison tordue, t’as tout quitté t’as tout vendu !

Le vent se lève, la mer s’agite, raclée salée, ça tangue, ça glisse, tenir la barre, espoir devant, muscle saillant, gifle d’écume, la barque flanche, se relayer pour vider l’eau, pour vider l’eau, les pieds mouillés, jusqu’aux genoux, avoir du cran, dormir debout, l’estomac flanche, tenir, tenir, tenir encore, ne plus jamais se retourner, désert derrière, soleil noyé, plus de palmiers, plus de fennecs, tout droit devant, le Nord, la France, l’orage, le vent, le vent qui crache à la figure, c’est la tempête, demain peut-être, demain sûrement, une vie nouvelle, c’est beau l’orage, ça fait rêver, ça fait rêver comme dans les films, avec des éclairs au réveil, estomac vide, estomac creux, estomac ivre, avec des projets pleins les yeux, une vie nouvelle, une vie nouvelle avec des projets pleins les yeux, une vie nouvelle !!

 

Poisson d’or

Poisson retrouvé nu

NARCISSE (3:35)

(A : Karim Gharbi / C : Gil Mortiaux & Karim Gharbi / Arr : Gil Mortio)

 

Karim Gharbi : Voix & choeurs
Clément Nourry : basse rickenbaker
Eric Bribosia : sh-101, rodes
Gil Mortio : ms-20, percussions, piano, choeurs
Jens Bouttery : batterie, sampler

Sacripant (5:16)

(A : Karim Gharbi / C : Karim Gharbi & Eric Bribosia/ Arr : Gil Mortio)

 

Karim Gharbi : Voix
Clément Nourry : guitare solo brol
Eric Bribosia : piano montagnard
Gil Mortio : bass station, guitare acoustique, percussions, programmations
Jens Bouttery : batterie

Extrait
Paroles

Sacripant dans ton jardin, tu rêves de renoncules

Levé très tôt ce matin tu t’en vas planter tes bulbes

Le soleil fait son chemin et ton cœur aussi

Et courant dans la rosée tes pieds nus apaisés s’en vont cueillir le fruit

 

Alouette et pirouette, dans le potager

Un détour par la rivière, le soleil s’est levé

Couché dans le romarin, les yeux fermés

Tu fredonnes le refrain d’une chanson perdue là bas dans la vallée

 

Aie ya …

 

Sacripant dans ton jardin, tu te soucies peu du monde

Roule dans la meule de foin, tu voles, tu vagabondes

Et quand tu croises en chemin un ciel fâché

Tu souris, tu danses, déjà tu vois la pluie descendre sur les champs de blés

 

Sacripant petit coquin, tu cours la libellule

Jamais offensé par rien, exalté, pieux, crédule

Bêlements et bruits de groins pour compagnie

Toute la journée durant tes oreilles bercées par cette litanie

 

Aie ya …

 

Sacripant cette voix qui vient, de l’autre bout du monde

A chaque fois qu’elle te revient, tu t’efforces de lui répondre

Car on dit qu’elle contient, un don sacré

Celui de faire vivre et faire grandir ton jardin pour une éternité

 

Sacripant parfois tu crains, que tout ton décor explose

Car on dit que les humains, sont capables des pires choses

Alors tu regardes au loin vers la cité

Et fredonne le refrain de la chanson perdue là-bas dans la vallée

La gâchette et la romance (4:46)

(A : Karim Gharbi / C : Karim Gharbi & Clément Nourry / Arr : Gil Mortio)

 

Karim Gharbi : Voix
Clément Nourry : guitare acoustique
Eric Bribosia : piano, rodes
Gil Mortio : basse, percussions
Jens Bouttery : batterie
Quatuor à cordes : MP4

Extrait
Paroles

Dans nos soubresauts d’errance

T’as perdu ton mascara

Tes salades et mes démences

Se sont tombés dans les bras

 

Paraît qu’on peut se méprendre

Surtout la première fois

Paraît qu’il faut tout apprendre

Concernant ces choses-là

 

Dans cette drôle de chambre

De papier peint bleu fuchsia

Nul ne peut nous surprendre

Nous ferons cet attentat

 

Dans ton cartable à losanges

Les cartouches, le Beretta

Un dessin de Michel-Ange

Et de la marijuana

 

La fenêtre est assez grande

Le viseur n’est pas trop bas

Je pense à l’histoire de France

Au déclin de quelques rois

 

Paraît qu’on peut se méprendre

Ne soyons pas maladroits

Oh non tu n’es pas un ange

Non je ne suis pas un roi

 

Sous la fenêtre béante

Le cortège de premier choix

Tout est préparé d’avance

Nous garderons le sang froid

 

Le soleil et le gingembre

Sur tes lèvres d’acacia

La gâchette va se tendre

Le bonheur entre tes doigts

 

Regarde-le qui s’avance

Ne le rate surtout pas

Que j’aime ton innocence

Et tes baisers hors-la-loi

 

Avec la candeur du cancre

Et la souplesse du chat

Tu contractes la phalange

Comme on fait au cinéma

Les marionnettes (3:42)

(A : Karim Gharbi / C : Karim Gharbi / Arr : Gil Mortio)

 

Karim Gharbi : Voix & choeurs
Clément Nourry : guitare préparée
Eric Bribosia : piano préparé
Gil Mortio : basse viola, guitare acoustique, percussions, metallophone
Jens Bouttery : batterie, percussions
Mariana Tootsie : choeurs

Extrait
Paroles

Elle court à perdre haleine, haleine, haleine,

Elle se soucie à peine, à peine, à peine

Ses grands yeux et ses roses joues

Hantent les chaleurs du mois d’août

 

Dans les vitrines s’animent, s’animent, s’animent,

Des marionnettes de Chine, de Chine, de Chine

La rue est sens dessus dessous

Elle carnavale sans le sou

 

Dans la ville elle chemine, chemine, chemine

Vers des décors qui déclinent, déclinent, déclinent

Les ruelles et les tambours

Battent la nuit vers le faubourg

 

Elle chante dans le dédale

Elle danse sur les timbales

Flanquée de ses mille voiles

Au firmament

 

Elle court à perdre haleine, haleine, haleine,

Elle se méfie à peine, à peine, à peine

Des messieurs et des regards flous

Des gangreneux, des voyous

 

Dans les vitrines s’animent, s’animent, s’animent,

Des marionnettes coquines, coquines, coquines

Longues blondes sous abat-jours

Néons mauves canapés velours

 

Elle chante dans le dédale

Elle danse sur les timbales

Flanquée de ses mille voiles

Au firmament

 

Dans les vitrines s’animent, s’animent, s’animent

Les marionnettes divines, divines, divines,

De Corinthe et de Bolivie

Du Brésil et de Roumanie

 

Enfermées dans des cabines, cabines, cabines,

Les silhouettes chagrines, chagrines, chagrines

La somment de faire demi-tour

Avant que vienne le jour

 

Elle chante dans le dédale

Elle danse sur les timbales

Flanquée de ses mille voiles

Au firmament

Céline (4:41)

(A : Hugues Aufray & Vline Buggy / C : Mort Shuman / Arr : Gil Mortio)

 

Karim Gharbi : Voix
Clément Nourry : guitare(s)
Eric Bribosia : piano(s)
Gil Mortio : bass station, orgue, melodion, guiro, batterie, choeurs
Jens Bouttery : batterie

Extrait
Paroles

Dis-moi, Céline, les années ont passé

Pourquoi n’as-tu jamais pensé à te marier ?

De toutes mes soeurs qui vivaient ici

Tu es la seule sans mari

 

Non, non, non, ne rougis pas, non, ne rougis pas

Tu as toujours de beaux yeux

Ne rougis pas, non, ne rougis pas

Tu aurais pu rendre un homme heureux

 

Dis-moi, Céline, toi qui es notre aînée

Toi qui fus notre mère, toi qui l’as remplacée

N’as-tu vécu pour nous autrefois

Que sans jamais penser à toi ?

 

Non, non, non, ne rougis pas, non, ne rougis pas

Tu as toujours de beaux yeux

Ne rougis pas, non, ne rougis pas

Tu aurais pu rendre un homme heureux

 

Dis-moi, Céline, qu’est il donc devenu

Ce gentil fiancé qu’on n’a jamais revu ?

Est-ce pour ne pas nous abandonner

Que tu l’as laissé s’en aller ?

 

Non, non, non, ne rougis pas, non, ne rougis pas

Tu as toujours de beaux yeux

Ne rougis pas, non, ne rougis pas

Tu aurais pu rendre un homme heureux

 

Mais non, Céline, ta vie n’est pas perdue

Nous sommes les enfants que tu n’as jamais eus

Il y a longtemps que je le savais

Et je ne l’oublierai jamais

 

Ne pleure pas, non, ne pleure pas

Tu as toujours les yeux d’autrefois

Ne pleure pas, non, ne pleure pas

Nous resterons toujours près de toi

Nous resterons toujours près de toi

Mon Frère (2:44)

(A : Karim Gharbi / C : Karim Gharbi & Clément Nourry / Arr : Karim Gharbi & Clément Nourry)

 

Karim Gharbi : Voix
Clément Nourry : guitare tremolo

Paroles

Sur le sable

se pose

la rose

que tu m’as donnée

 

C’était un jour de décembre,

nous étions beaux,

j’étais ton frère,

tu étais cendres

 

Le vent soufflait si fort

et dans la mer tu t’es éparpillé

 

Egraine-toi mon frère

Egraine-toi

 

Sur le sable se pose la rose que tu m’as donnée

Je crie ton nom (8:45)

(A : Karim Gharbi / C : Karim Gharbi, Clément Nourry, Fred Becker/ Arr : Gil Mortio)

 

Karim Gharbi : Voix
Clément Nourry : guitare
Eric Bribosia : rodes, mellotron
Gil Mortio : programmation
Jens Bouttery : batterie, percussions

Extrait
poissoncercle3

Réalisé et arrangé par Gil Mortio
Enregistré au studio Rubens (Bruxelles) les 20,21,22,23 octobre 2014 par Christine Verschorren assistée de Jess
et au Studio Marcel Delcourt (Bruxelles itou) par Gil Mortio
Mixé au Strawberry Lab par Christine Verschorren et Gil Mortio
Pochette et graphisme : Flora Bernard
Photo : Alice Piemme
Masterisé par Pierre Vervloesem au Studio Fiasco

facticelogo